BIG BROTHER

Publié le par boaz-jakin

 

 

BB-is-watching-you.png

 

Allons nous ratifier un nouveau Grand Maître tellement soucieux de notre opinion qu'il ne daigne pas nous éclairer sur son programme et sur ses intentions.

 

Ce mépris des Frères de la base, cette morgue qui consiste à nous demander de payer, de voter et de nous taire une fois de plus est intolérable.

 

Ce glissement d'une obédience régulière, fille des Lumières, vers une secte crypto templière au Grand Maître tout puissant, est une insulte à l'intelligence collective du groupe que nous formions.

 

Non les frères de la GLNF ne sont pas des majeurs sous tutelle.

 

Si ces messieurs prétendent gouverner grâce à nos voix qu'ils les méritent, qu'ils s'expliquent et sachent nous convaincre.

 

Mais maintenant il est trop tard... à une semaine de l'assemblée.

 

Ce n'est pas faute d'avoir prévenu.

 

Voici le cri du coeur (et de la raison) de l'un de nos frère Alsacien.

 

… QU’ONT-ILS FAIT DE LA GLNF

… ET QUE VEULENT-ILS EN FAIRE ?

 

J’ai longtemps ouï le bruit et observé le tumulte à la GLNF, mélange de fureur barbare et de passions inassouvies, me refusant à m’impliquer dans d’ineptes débats de pouvoirs et préférant me retirer sous la tente confortable et la voute étoilée offertes par notre Temple. Hélas, il me faut aujourd’hui quitter l’Aventin et descendre dans l’arène, car c’est de la survie même de notre obédience qu’il s’agit. Reviens Hiram, ils sont devenus fous !

 

2007-2012 : un bien triste et pathétique bilan

Voilà 5 ans, presque jour pour jour, nous installions et investissions, joyeux et plein d’allant, un nouveau Grand Maître en la personne de François Stif.

 

Personnellement, ce n’était pas mon candidat, mais après sa désignation par le Souverain Grand Comité, j’ai fait comme tous mes Frères et j’ai glissé le petit bulletin avec son nom dans l’urne, sans états d’âme. Et oui, à l’époque chez nous, il y avait la confiance envers ses Frères, dans la hiérarchie, les dirigeants… Il était en effet impensable que nos « hauts gradés » à qui nous prêtions légèrement de hautes qualités initiatiques trahissent la confiance que les Frères avaient placée en eux.

Quelle crédulité et quelle naïveté, confinant à la bêtise et la stupidité. Nous étions un beau et grand troupeau de franc-moutons de Panurge et, bien sûr nous l’ignorions et ON se gardait bien de nous le faire savoir ! Tout juste bon à bêler quand on voyait du bleu et à se faire tondre gentiment la laine sur le dos.

 

Combien de divisions étions-nous alors ? Plus de 40 000 Frères à peu près, ou un peu plus de 43 000 ? Peut-importe le chiffre exact. La GLNF était une obédience florissante, les provinces étaient resplendissantes, les Travaux se poursuivaient avec force et vigueur. Spectacle de désolation aujourd’hui. Le Temple est profané, les mauvais Compagnons pullulent, les ouvriers apeurés, écœurés, traumatisés ont jeté les outils et déserté le chantier.

 

Que reste-t-il de notre Amour et de notre GLNF ? A peine 800 Loges en mesure de voter (783 exactement) nous dit le pointage officiel de Century.com au 23 novembre 2012, une semaine avant la réunion de l’assemblée générale et la Tenue de Grande Loge ! Dans quel état ? Ne nous leurrons pas, nous savons que beaucoup sont exsangues, déchirées, divisées, certaines étant de plus susceptibles de quitter en bloc l’obédience après une assemblée générale qui s’annonce houleuse et qui frustrera – encore une fois – plus d’un Frère…

 

A peine 800 Loges donc. En extrapolant un effectif moyen de 20 Frères par Atelier, la GLNF compte 16 000 Frères aujourd’hui. Soyons généreux et comptons 25 Frères par Atelier ; ce seraient à peine 20 000 Frères qui garniraient aujourd’hui les colonnes de nos Temples !

 

Comment avons-nous pu en arriver là ? Des effectifs divisés plus que par deux, la discorde et la haine installées durablement dans le Temple, la désunion et l’éparpillement répandus sur la surface de la terre, laissant nos Provinces dévastées…

 

2012- ? : quelles perspectives ?

La responsabilité de l’ex-gouvernance est immense, le constat est indéniable et non négociable. Désavoué à de multiples reprises lors d’assemblées générales à répétition, François Stif a joué l’autisme et préféré l’arène judiciaire à la Chambre du (juste) Milieu. Ce faisant il s’est totalement discrédité et a perdu légitimité et qualité à se faire reconnaître comme Frère. On ne trahit pas impunément ses serments, surtout lorsqu’on est Grand Maître.

 

Mais nous savons que le mal est plus profond. Un seul homme, si narcissique fut-il, ne saurait porter la responsabilité collective de l’institution. En voulant à tout prix créer un Ordre qui s’apparentait plus à une secte qu’à une juridiction maçonnique, certains de nos Frères se sont fait les avocats du diable et ont collaboré à la mise en place d’un système despotique et dévoyé.

 

NOUS NE VOULONS PLUS DE CES FAUX FRÈRES !

 

Nous n’accepterons plus de nous assoir aux côtés des Frères qui ont traduit leurs Frères devant des tribunaux d’exception et leur ont fait des procès staliniens. Nous refusons d’entendre des antiennes comme « responsable mais pas coupable » ou « je n’ai fait qu’obéir aux ordres ». Ces pseudo-Frères n’ont rien à faire chez nous ni en maçonnerie d’ailleurs.

 

Comme nous ne voulons plus non plus de ceux qui confondent tiroir caisse, massonic and charity business et engagement maçonnique, associatif et philanthropique. Il est temps d’instaurer des frontières étanches afin d’éviter définitivement la confusion des genres. Ce qui m’inquiète, c’est que le candidat Jean-Pierre Serv. à la Grande Maîtrise n’emprunte pas ce nouveau chemin et préfère maintenir des structures (HAI, fondation de l’Homme, …) qui concentrent un lot de critiques méritées.

 

Que va donc nous sortir de sa hotte le père Jean-Noël Serv. ? Une collection de Francs-Juges avec les ci-devant Patrick Rib. et Etienne Latre., futurs Grand Trésorier et Député Grand Trésorier, membres des commissions de discipline qui ont généreusement exclu les Frères à tour de bras. Comme leurs ancêtres de la Sainte-Vehme, nos courageux et loyaux Francs-Juges ne savent qu’appliquer qu’une sentence : la mort maçonnique.

 

Côté compétence fiduciaire, les Frères de l’Arche Royale se gondolent : nonobstant l’ignorance crasse du futur GT, ils aimeraient bien entendre ses explications concernant les facilités financières qui auraient été offertes, murmure-t-on, aux dirigeants de l’ex-gouvernance, notamment le financement d’un certain voyage aux Etats-Unis au mois de juin dernier à l’aide du compte Société Générale de l’Arche Royale, non bloqué par l’administrateur judiciaire. Voilà qui aurait le mérite de faire taire et de tordre le cou aux vilaines rumeurs fâcheuses qui circulent sur le voyage de FS et de JCF à Washington dont le but était, rappelons le, de sauvegarder la reconnaissance de la GLNF et non de promouvoir l’Arche Royale.

 

Continuons la distribution des cadeaux de Jean-Noël Serv. Examinons attentivement la composition des membres du triumvirat des Assistants Grands Maîtres. Nummer eins hits, Jean-Pierre Rol., fidèle et futur Député Grand Maître qui succédera un jour prochain à Jean Bois., DGM de transition et provisoire. Nummer zwo, Pierre Jac., ex-GMP de Bourgogne Franche-Comté qui lui non plus n’est pas un perdreau de l’année… Nummer drei, la caution morale, l’ouverture et la prise de guerre dans le camp murassien, j’ai nommé Zavoche Houch., s’il accepte le poste, le seul à trouver grâce à nos yeux car il s’agit d’un vrai Frère respectable aux qualités de cœur et humanistes indéniables (mais que diable allait-il faire dans cette galère ?). Bon, parmi les accessits ce n’est pas triste non plus : Guy Bruan., Grand Inspecteur National et Didier Gom. qui complète le jeu de chaises musicales en occupant la place toute chaude laissée par le nouveau GIN ! Quel talent !

 

A ce stade là me direz-vous à juste titre, ce n’est plus le père Noël, c’est Saint-Nicolas ou plutôt son avatar : le Père Fouettard (Hans Trapp comme on dit chez nous), vu la bande de pistoleros dont il nous affuble. Cela augure mal d’un véritable changement et renouveau obédientiel. Durant le long intermède entre la désignation du candidat à la Grande Maîtrise et la ratification, nous aurions aimé entendre un discours programme audible et des propositions concrètes pour remédier à la crise institutionnelle que nous traversons. Mais JPS s’est drapé dans un silence assourdissant, daignant juste se quereller et ferrailler contre Lex Luthor dans un duel qui ne nous concerne pas et masque les vrais problèmes de notre obédience.

 

A tous les Frères résignés qui s’apprêtent à voter pour JPS en se bouchant le nez, je crie Nein ! Pas de ratification, car on ne choisit pas entre la peste et le choléra, c’est une question de Principe.

Et comme on dit chez nous : « Loss d’r net uf d'Nàssa schissa ! » ... Gott ferdom mi !*

 

Guarmond

 

* Expression alsacienne qui se traduit littéralement par : "Ne te laisse pas chier sur le nez"…"Dieu damne moi - encore une fois -". En français : "Ne te laisse pas marcher sur les pieds"... Damné encore une fois !

 

Commenter cet article