Être jeune

Publié le par boaz-jakin

 

MacArt1.jpg

 

Réponse à ceux que nos convictions blessent.

 

Nul complot ou coalition ne nous anime.

 

Croyez le ou non peu importe.



Nous avons tous été émerveillés par notre initiation, par la chaleur de nos frères, par la qualité de nos échanges et la douceur de nos relations.

 

La confiance régnait entre nous qui vivions notre maçonnerie un peu comme dans le poème de Kipling.

 

Les valeurs que nous portions en nous, la maçonnerie les a raffermies, structurées, sacralisées.



Et puis "le" profane a tout saccagé, tout avili, tout détruit.

 

Il a opposé les frères, ruiné notre réputation, nous a mis au banc des Nations et profané notre idéal.



Au nom des valeurs que nos pères et nos pairs nous ont enseignées, il n'est tout simplement pas imaginable que nous formions la chaîne d'union avec ceux qui ont radié leurs Frères pour complaire à leur maître.

 

Impossible d'imaginer que celui qui a rompu nos relations avec Londres le 14 juillet 2011, trahi son Obédience ainsi que ses Serments, demeure au Conseil d'Administration ou plastronne encore à l'Orient.



Depuis le 6 septembre nous avons respectueusement invité, prié voire supplié Jean-Pierre Servel de se déterminer quand à son attitude future à l'égard de son prédécesseur et de ses lieutenants.

 

Nous lui avons demandé d'annuler purement et simplement les ordonnances de radiations.

 

Nous lui avons demandé un peu de transparence et de Justice.



En réponse nous n'avons obtenu que son indifférence voire son mépris qui exprime bien sa volonté de pérenniser un système aussi dévoyé que ses principaux acteurs.



Nul compromis n'est possible en maçonnerie car on ne peut transiger avec les valeurs qu'elle nous enseigne.

 

S'il faut trahir nos valeurs pour sauver la GLNF c'est que précisément celle-ci ne vaut plus rien.



Vous, vieux maçons du Souverain Grand Comité, êtes tous apeurés par le vide que laisserait dans vos vies la disparition de la GLNF et prêts à tous les renoncements pour éviter le bouleversement de vos habitudes.

 

C'est bien du compromis avec vos consciences qu'il est question ici.

 

Notre Frère Mac Arthur disait vrai et si vous êtes honnêtes vous reconnaitrez dans un extrait de son poème ceux qui par lassitude plus que par conviction voteront aujourd'hui pour Servel.

 

R.Aurillac


Être jeune.

 

"On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années :

on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

 

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.

 

Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.

 

Si un jour, votre coeur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard"

 

 

Douglas MacArthur

 

 

Commenter cet article