GLNF: un passé qui n'a pas d'avenir.

Publié le par boaz-jakin

 

État des lieux

 

Le 23 juin 50% des Loges admises au vote ont massivement rejeté la personne de François Stifani.

 

Par 4 assemblées successives et une "tenue" de Grande Loge, les frères ont invalidé le choix du Souverain Grand Comité que François Stifani avait recomposé afin de se maintenir.

 

Que faire de cette victoire ?  Poursuivre l'action ou délaisser l'objet même de notre combat en quittant la GLNF ?

 

 

 

Le scénario des douze prochains mois est déjà écrit:

 

Comme de bien entendu, François Stifani se maintient tel un occupant sans droit ni titre en instance d'expulsion.

 

Reniant sans vergogne sa propre doctrine, tel un dictateur promettant des réformes en pleine insurrection, il se dit prêt maintenant à instaurer la Démocratie.

 

Se faisant il ridiculise ses propres fidèles qui jusque là s'échinaient sans succès à vouloir démontrer au Monde qu'une Obédience maçonnique ne pouvait s’accommoder du concept démocratique.

 

Ceux-ci vont organiser un coup d'état à la Roumaine pour déposer le tyran et continuer à contrôler le pays par les hommes de la "Securitate" qui se feront passer pour résistants.

 

Ce sera l'un d'entre eux (Cano, Heyrault ou autres signataires des listes de frères radiés) que désignera le prochain Souverain Grand Comité que l'administratrice réunira en septembre ou octobre si les quatre procédures judiciaires en cours lui en offrent toujours l'opportunité.

 

La prochaine Assemblée Générale (si elle se tient) ne les ratifiera pas plus que leur ancien Maître et le désordre se poursuivra inexorablement sous le regard de plus en plus éteint de l'excellent Jean Murat, perpétuel et candide candidat malheureux.

 

Tel est le programme de l'année maçonnique 6012-6013.

 

Parfois l’éloignement favorise la lucidité. Dans leur Déclaration de Bâle, les Grandes Loges Continentales justifient le retrait de la reconnaissance : « Nous relevons avec fermeté que la Grande Loge Nationale Française, sous l'autorité de la présente gouvernance, se trouve en dérive irrémédiable. En effet, la crise sans fin qui la traverse démontre une méconnaissance impardonnable des principes maçonniques et landmarks tandis que les processus de vote ainsi que la composition des collèges électoraux la privent définitivement de toute légitimité maçonnique ou autre ».

 

En septembre les 51 Grandes Loges américaines retireront à leur tour sa reconnaissance à la GLNF et la Grande loge Unie d’Angleterre à leur suite.

 

Parmi les 1957 sympathisants du « NiNi » un bon tiers d’entre eux avaient, dès avant la déshonorante élection du 30 mars, quitté la GLNF pour adhérer massivement à la GL-AMF de notre frère Alain Juillet.

 

Ce qui avait retenu notre propre départ et motivé la continuation de nos actions (plaidoirie devant la Cour le 10 mai notamment) consistait davantage dans notre volonté d’empêcher la prospérité du vice que dans notre conviction de pouvoir encore contribuer à sauver une Institution vermoulue que nous savions tous condamnée. 

 

De ce point de vue notre mission est accomplie. François Stifani est définitivement à terre. Il sera bientôt dépecé par ses anciens partisans qui à leur tour s’entredéchireront.  Son nom demeurera à jamais synonyme du mauvais compagnon, fossoyeur d’une Institution séculaire, persécuteur de ses frères et objet de l’opprobre et de dérision universelle.

 

Parce que nous l’avons collectivement vaincu et que nous ne voulons pas plus longtemps associer notre nom et exposer notre bourse à l’épilogue tragique de la ruine et de l’agonie, il nous faut partir MAINTENANT car il est digne d’abandonner la GLNF, objet de notre combat, précisément au moment ou la victoire nous permettrait d’espérer sa conquête.  Nous ne voulons plus de ce qui ne vaut rien aux yeux du Monde et de nous même.

 

 

 

Partir ou ?

Deux critères vont fixer le choix de notre destination :

 

-Celui de nos affinités spirituelles

-Celui d’une perspective de reconnaissance internationale

 

Deux Obédiences nous ouvrent leurs portes.

 

Nous irons vers l’une ou vers l’autre selon notre sensibilité par rapport à ces deux critères.

 

La GLDF (Grande Loge de France) est une Institution pluri séculaire, hautement respectable qui pratique ses travaux comme nous y sommes accoutumés. Certains d’entre nous l’ont rejoint qui espèrent, depuis son dernier Convent et la Déclaration de Bâle, dans sa  reconnaissance internationale, laquelle n’est pas acquise mais est assez  bien engagée.  

 

Elle ne pratique qu’un seul rite : le REAA.

Son univers spirituel est sensiblement différent de celui que nous connaissions dans la GLNF d'autrefois.



La GL-AMF (l’Alliance) est dirigée par un homme d’exception, énergique et chaleureux : Alain Juillet. Elle permet aux rites de coexister. Elle réunira au moins 12 000 membres avant la fin de l’année (plus de 8 000 membres au 26 juin, répartis dans plus de 400 loges). Elle est susceptible d’absorber les actifs prochainement disponibles de la GLNF lorsque celle-ci sera, selon toute vraisemblance, dissoute.

 

Elle sollicite sa reconnaissance internationale et travaille  activement à l'amélioration de ses statuts pour répondre aux observations des GL étrangères avec lesquelles elle est en pourpalers.

 

Nous y avons tous nos amis.

 

 

  un passé qui n'a pas d'avenir

 

 

 

Le « NiNi » peut faciliter votre voyage vers ces terres nouvelles qu’il nous faudra atteindre en septembre. 

 

Nous souhaitons connaitre votre opinion car nos échanges nous fortifient mutuellement.

 

Merci de bien vouloir commenter cet article sur le site ou nous adresser votre point de vue ou vos questions par e-mail : supplique.glnf@yahoo.fr 

 

Bien fraternellement à vous tous.

 

Pour le collectif NiNi, Raphaël Aurillac.

 

Commenter cet article

brutus 01/07/2012 22:59

@JeanLouis. C'est le Président de la Cour qui prèconnise la dissolution, non pour cause de cessation des paiements (n'anticipons pas) mais par constatation d'un grave et permanent conflit entre les
sociètaires qui ne permet pas de poursuivre l'objet social ni de gérer l'organisation. Personne ne peut disconvenir que nous sommes en ce cas !

BRULE 01/07/2012 21:49

Partir ? mais crois-tu mon Frère que je serai resté jusqu'à ce jour pour lâcher le combat au moment où l'espoir renaît. Pas seulement parce que le sieur Stifani a été black-boulé pour la 4ème fois
mais surtout en constatant que nous sommes encore majoritaires à la GLNF et que sans les Loges Pisan ne peut rien.

Si, comme tu sembles l'appeler de tes vœux, nous rejoignions, dès septembre, la nouvelle obédience alors là oui ! Stif... et les siens auront gagné, car lors du prochain vote le nombre des loges en
opposition ne sera plus suffisant pour faire barrage. Et pourquoi septembre ? Je crois savoir que l'obédience d'Alain Juillet s'est alignée sur le calendrier civil, il sera toujours temps pour ceux
qui baisseront les bras de le rejoindre pour l'an neuf.

Nous nous sommes mis en règle au plan financier pour avoir le droit de voter (des milliers d'euros à 2 mois de l'A.G.), nous avons hurlé NON, et dans la foulée nous partirions, abandonnant nos
Temples, notre GLNF, pas celle de ceux qui la régente, celle que nous ont légué nos anciens il y aura bientôt CENT ANS, je ne peux pour ma part y consentir et j'espère que nous serons nombreux à te
le faire savoir. Installons (dans nos temples) nos Vénérables Maîtres élus et travaillons à la construction de notre Temple intérieur. Et parallèlement apportons tout notre soutien à Jean MURAT
(que je ne connais pas personnellement) dont le manifeste de 2010 ma paraît être la pierre sur laquelle nous rebâtirons notre obédience.

Très fraternellement à toi. TVF Guy BRULE, initié en 5994 à la RL "La Serpe d'Or" N° 875

Jean-Louis Craponne 01/07/2012 18:23

Pourquoi la GLNF serait-elle dissoute ? Il y reste beaucoup d'argent malgré les dépenses inconsidérées durant ou générées par ces presque trois dernières années, les membres en sont encore
relativement nombreux et il faut s'attendre à des cooptations massives (déjà annoncées voici quelque temps par FS). Les GL européennes appellent sagement (et en filigrane) à une reconsidération du
paysage maçonnique français (que nos FF anglais appellent le "french bordel"), et assurent ne pas vouloir abandonner les Maçons qui ont quitté la GLNF quasi universellement considérée comme
définitivement irrécupérable. Un Maçon ne doit-il pas rassembler plutôt que diviser ? Dans cette optique, la décision la plus sage et la plus pertinente est pour moi d'aller grossir les rangs de la
GL-AMF, en attendant peut-être un rassemblement plus large encore : elles ne manquent pas, les obédiences régulières françaises qui mériteraient autant que nous la reconnaissance, et je pense pas
qu'à la GLdF (qui devra pourtant remplir les conditions nécessaires à la reconnaissance, rappelées dans le communiqué des GL). La GL-AMF est donc de fait la structure de rassemblement la plus
représentative des exilés de la GLNF : je pense que c'est là qu'est la place de tous ceux qui sont attachés à la Maçonnerie de tradition, et à la recherche de l'Etre plutôt que du paraître...

Godreau Jean-Pierre 01/07/2012 11:07

Pour ma part, cela fait plus de deux ans que je dis à tous mes Frères que FS est indésirable mais se maintiendra jusqu'à la faillite de la GLNF.
Aussi, j'ai décidé de rejoindre l'Alliance, où l'on a retrouvé tous nos rites, et où je m'y sens bien. En effet nos ateliers ont retrouvé le calme, la fraternité et la plénitude de leurs
travaux.
Je pense que le paysage maçonnique français va changer avec des accords passés entre GLAFM, GLDF, et pourquoi pas avec d'autre petites obédiences, pour une reconnaissance commune des RL qui
travaillent régulièrement. Peut être qu'il faudra quelques années pour arriver à cette conclusion. J'ai bon espoir, mais de toutes façons, la GLNF est moribonde et ne pourra se relever. Alors, je
vous dis à bientôt dans nos Loges de l'Alliance.

Radiguer 01/07/2012 09:58

Bonjour,
J'étais le 23 juin à Paris, je n'ai pas ratifié le choix du SGC concernant
la proposition du GM.
Je reste à la GLNF pour les raisons suivantes:
Je suis entré en maçonnerie le 10-10-1977 à la GLDF, d'oû j'ai démissionné
en 2003 pour entrer à la GLNF en Bretagne dans la respectable Loge Armor
à Lorient de Lorient, je suis maintenant dans le midi à Narbonne, je suis TVM élu
de la loge l'Alliance Fraternelle à Carcassonne pour 2012/2013.
J'aime la GLNF j'ai décidé de me battre pour elle de l'intérieur, cela me
semble plus efficace, je suis persuadé que partir n'est pas un acte de courage,
je suis également persuadé que nous redresserons la situation, cela ne sera bien
sûr pas facile, et probablement long, nous y avons été initiés, elle nous
a reçu, nous y avons évolué, nous lui devons donc de nous battre, loyalement
sans folie mais en restant ferme comme le 23 juin dernier.
Salutations chaleureuses et Fraternelles.
Le Celte