LA RESTAURATION

Publié le par boaz-jakin

 

 

charles_x_bd_1_1.jpg
Comme si de rien n'avait été, 487 "collabos" Stifaniens du Souverain Grand Comité + 400 loges (sur 1800) pour les 2/3 du Sud Est et du Sud Ouest, alliés à des murassiens  (lémaniques) repentis et parjures, avides de hochets et de reconnaissance, s'apprêtent à ratifier Jean-Pierre Servel, restaurateur bourbonnien de l'Ordre ancien, des privilèges, du drapeau blanc, du suffrage censitaire, de la censure de la Presse et de la liberté d'expression.

 

 

Jean-Pierre Servel sera à la GLNF ce que Charles X fut à la France : un épisode pénible de l'histoire en attendant 1830 et les trois glorieuses.

 

NiNi

 

Notre Bien Aimé Frère Jacques LAB. nous transmet un précieux éditorial dont il importe de prendre connaissance.

 

 

 

AVEC JEAN-PIERRE SERVEL, LE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITÉ,

C’EST MAINTENANT !

 

« Se vogliamo che tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi! » (« Si nous voulons que tout reste tel que c'est, il faut que tout change »). Cette célèbre citation extraite du roman Le Guépard (Il Gattopardo) de l’écrivain Guiseppe Tomasi di Lampedusa résume parfaitement le programme de Jean-Pierre Servel qui espère jeter un couvercle pudique sur la marmite GLNF afin de faire retomber le souffle(t) de la contestation. Sauf qu’à ce stade, il ne s’agit plus d’une contestation, ni même d’une révolte, mais bien d’une révolution, n’en déplaise aux sangs bleus de la GLNF !

 

La désignation de Jean-Pierre Servel comme candidat à la Grande Maîtrise par les apparatchiks du pseudo « Souverain Grand Comité » a été suivie d’un bref état de grâce, suscitant bien des espoirs. Fatigués, dépités, lassés, résignés, beaucoup de Frères pensaient découvrir en la personne du Frère JPS un candidat « potable », a minima, qui ferait autre chose que du Stifani et saurait ramener le calme et l’harmonie dans l’édifice ébranlé.

Hélas, il ne s’agit que d’un pis-aller ! L’illusion aura été de courte durée et le réveil s’avère brutal !

 

Nous sommes en effet invités à contempler en spectateurs passifs une belle chorégraphie qui se déroule sous nos yeux, j’ai nommé le bal des faux-culs ! Les premières désignations sont à la hauteur des illusions des Frères candides : Patrick Ribière, candidat à la fonction de Grand Trésorier et Etienne Latreille candidat à la fonction de Député Grand Trésorier. Nul risque que ces deux chevaux de retour n’entreprennent de mettre de l’ordre dans les comptes. Le premier en effet n’a aucune compétence comptable et financière, hormis le fait d’avoir été trésorier de l’Arche Royale (!), par contre c’est un abonné des vols France-Afrique aux côtés de François Stifani.

 

Quand au second, c’est bien le changement dans la continuité, puisqu’il exerce déjà la fonction de Grand Trésorier en remplacement de D. Le Guérinel, promu AGM. De toute façon, l’opacité sur les comptes n’est pas prête de se dissiper puisque JPS maintient contre vents et marée à son poste le brillant directeur administratif et financier Henry Sidéry, « un excellent professionnel qui est à la tâche tous les jours dès 8h00 du matin » dixit JPS.

 

Avec ces gros calibres, les comptes de la GNLF seront bien gardés !

Beaucoup de Frères attendaient « l’ouverture » dont allait faire preuve JPS dans la distribution des responsabilités et des fonctions. Certes, le final n’est pas encore connu ni publié. Mais qu’on ne s’y trompe pas, les signes d’ouverture seront à la marge avec, par exemple, le retour de l’infatigable Jean-Claude Tardivat qui pourra reprendre son bâton de pèlerin international pour plaider le retour de la reconnaissance auprès des nombreuses Obédiences étrangères qui nous l’ont retiré.

 

Quelques changements cosmétiques toucheront les GMP avec, par exemple, la mise à l’écart où le départ volontaire de stifaniens avérés et leur remplacement par des hommes du sérail (Jacques Camb. en Toulouse-Pyrénées qui sera remplacé par… son Député Grand Maître, tout comme Fx d’Est. de Bos. en Septimanie !), bien estampillés par big moustache.

 

En Guyenne-Gascogne, l’ancien GMP Michel Del. remplacera l’actuel GMP Henri Po. Quelques gestes d’ouverture devraient marquer les esprits espère-t-on à Toulon, avec les nominations de GMP démis par François Stifani, comme Yves Pe. A Paris, Serge Barth. à Lutèce ou Alain Bel. en Picardie. A notre connaissance, les rares appels du pied en direction de Jean Murat et de son équipe sont restés sans effet, ces derniers refusant de donner leur blanc-seing et « d’aller à la soupe » en acceptant, qui une Grande Maîtrise Provinciale, qui la présidence d’une commission Théodule, fut-elle d’éthique… Mais au total, ce ne sont que quelques miettes ou confettis qui seront distribués à droite et à gauche.

 

Qu’on ne s’y trompe pas, la colonne vertébrale servelienne s’articule autour du tandem Didier Go. et Jean-Pierre Ro. Et le maître marionnettiste reste JCF ! (vous apprécierez la sortie de campagne de JPR et de JCF dans le Nord pour « sauver » le soldat Servel).

 

C’est pourquoi il ne faut attendre aucun changement profond et structurel de l’organisation de notre Obédience qui restera marquée au fer de l’empreinte de la « trinité » charbonniaud-foellnéro-stifanienne. JPS ne procédera qu’à un ravalement de façade, renommant le SGC « Grande Chambre » (d’enregistrement ?) et promettant d’y distiller une dose de proportionnelle (baptisée pompeusement « meilleure représentativité des Loges »). JPS a annoncé vouloir donner quitus à Maître Legrand, attitude des plus courtoise s’il en fut. Toujours aussi gentleman, JPS propose sérieusement aux Frères qui auraient « quitté l’obédience, volontairement ou non, qui voudraient la rejoindre à nouveau, (de faire) une demande de réintégration auprès de leur Loge, laquelle décidera de façon souveraine ».

 

Quant aux Frères « ayant fait l’objet d’une mesure disciplinaire au niveau provincial ou national et qui souhaiteraient rejoindre la GLNF », il leur est imposé l’initiative d’une procédure administrative lourde mais rassurante puisque « chaque situation sera examinée soigneusement et fraternellement, au cas par cas, à l’échelon qui convient, par des commissions de réintégration » ! Et ces Frères réintégrés et blanchis côtoieraient naturellement et allégrement leurs bourreaux sur les Colonnes ! Et que dire enfin du maintien de fondations aux comptes si opaques, pas touche ? A peine une phrase sybilline sur « une possible révision de la place de HAI et Scribe dans notre organisation ». Fermez le ban !

 

Et après ? L’Ordre règne à la GLNF, tutto va bene !

Dans ces conditions, vous comprendrez mes Frères pourquoi je voterais  

 

NON à la ratification du candidat Jean-Pierre Servel le 1er décembre prochain.

Certains anxieux m’objecteront qu’un vote négatif : 1) risquerait de remettre en selle François Stifani, 2) permettrait à Maître Legrand de continuer à faire ses choux (très) gras de nos inimitiés.

 

Mon vote est un NON de conviction qui s’oppose au OUI de résignation qui titille nombre de nos Frères. Bien que je comprenne parfois leur désir de tourner la page, il est impossible de ratifier le candidat Jean-Pierre Servel, quelques soient ses qualités humaines et de cœur. Son élection scellerait une chape de plomb sur le bilan de l’ex-gouvernance de la GLNF sans réunir les conditions d’un retour inconditionnel des Frères déchus et exclus, d’une clarification des comptes et d’un renouveau salutaire de notre Obédience.

 

A ceux qui, par résignation et lassitude, seraient néanmoins tenté de glisser un bulletin Jean-Pierre Servel dans l’urne, je leur rappelle qu’il leur est possible de ne pas signer pour autant un chèque en blanc au candidat à la Grande Maîtrise. J’appelle à voter résolument NON sur le vote du Grand Trésorier et du Député Grand Trésorier qui ne me paraissent pas réunir les qualités nécessaires et suffisantes au vu de leurs engagements passés et de leur allégeance auprès de l’ex-gouvernance.

 

Réveillons-nous mes Frères et ouvrons les yeux ! Si nous analysons la structure du collège électoral de l’AG du 1er décembre, que constatons-nous ? Que sur l’état officiel au 6 novembre fourni par Century.com, 322 Loges sont autorisés à prendre part au vote, dont 252 du Sud Ouest et du Sud Est (78,3%) ! Rappel : au matricule de la GLNF sont inscrites 1 934 R.L. (dernière en date, R.L. Y. Trestournel N°1934). Si on retranche une centaine de Loges en sommeil pour diverses raisons, nous comptabilisons un effectif de plus de 1 800 Loges.                       

Sur ces 1 800 Loges, près de 1 000 sont dans la nature : environ 600 à la GLAMF, le reste... ailleurs!

Que reste-t-il de notre GLNF ? Quelques 800 Loges ! Triste et pathétique résultat.

 Et combien, sur ces 800 Loges, prendront part au vote du 1er décembre ? Peut-être un peu plus de 400. Ce seraient donc autour de 800 délégués des Loges qui pourraient exprimer leurs suffrages, comparé à 350 à 420 membres de droit (sur un effectif du SGC de 487 membres).

De quelle légitimité et représentativité pourrait alors se prévaloir Jean-Pierre Servel, Grand Maître étriqué, mal élu, par une écrasante majorité du Sud de la France ?

De plus, aux regards de nos statuts, les membres de droit (SGC) ne peuvent excéder 1% des membres de l'association. Avec les membres à vie (137), nous étions déjà les limbes, avec ce collège hypertrophié, nous risquons fort que la justice invalide ce scrutin en cas de plainte sur la régularité du scrutin.

 

Rappelons en effet que JPS et Henry Sidéry évaluent les effectifs de l’association à près de 26 000 membres (avant nettoyage du fichier des adhérents n’ayant pas acquitté leurs cotisations).

 

A contrario, une « dératification » du candidat Servel permettrait d’éviter de retomber dans un nouveau système clanique foellnero-servelien et de démontrer l’illégitimité et la non-représentativité du Souverain Grand Comintern. Maître Monique Legrand a-telle bien géré notre association ?

 

N’était-il pas de son devoir de procéder d’abord à un audit des adhérents avant de se lancer dans des interprétations léonines et byzantines de nos textes et de procéder à des opérations contestables comme la cession de l’appartement de l’avenue Wagram ? Pourquoi avoir financé le mois dernier le déplacement d’une délégation de la GLNF conduite par François Stifani en Guyane alors qu’elle ne reconnait plus sa qualité de Grand Maître ?

 

Mes Frères, on ne nous fera plus prendre des vessies pour des lanternes. Le candidat à la Grande Maîtrise est nu, qu’on se le dise !

Alètheia jacta est !

 

Frère Jacques Lab

 

 

 

Commenter cet article

Pythagore 18/11/2012 18:34

Il est malin le suisse Fidèle d'Amour du Dauphiné Savoie.
Il vient, juste après le NiNi, de publier l'article du Frère Jacques Lab.
Il veut comme ça donner le change et faire oublier qu'il trouve normal que les radiés de Stifani sollicitent leur réintégration en s'excusant auprès de leurs bourreaux.
Grossière tartufferie !

Yveut 18/11/2012 11:37

Il est en effet devenu clairement évident que la candidat élu se caractérise d'avantage comme indigne successeur servile des exactions qui ont courroucées nombre de Véritables FF de la GLNF. En
imaginant qu'il soit ratifié, chacun d'entre nous pourrions alors nous dire : "tout çà pour cà!". Quand le merdier est installé, c'est jusqu'au bout qu'il convient de nettoyer... y compris les
causes. Alors, allons en effet jusqu'au bout et ne ratifions pas, quoi qu'il arrive. Notre probité est en cause. Et, très cher pythagore, tu as bien "voyagé" puisque te voilà ainsi proche de la
perfide albion...

pythagore 18/11/2012 08:36

L'article du Frère Jacques est parfaitement pertinent.
Mais je suis sûr que certains murassiens (suisses) jouiront bientôt des prébendes que la nouvelle gouvernance leur promet en remerciement de leur servalienne servilité à servel.