LETTRE OUVERTE A JEAN-PIERRE SERVEL

Publié le par boaz-jakin

mail-34531_640.png

 

 

 

Très Respectable Frère,

 

Votre premier communiqué apparaît décevant à la majorité des Frères.

 

Ceux-ci attendent essentiellement de votre part :

 

-1 Que vous vous engagiez à mettre à leur disposition le Grand Livre des comptes des 3 derniers exercices ;

 

-2 Que vous vous engagiez à traduire votre prédécesseur  devant le Conseil de Discipline.

 

S'agissant du premier point: vous annoncez que "Les livres des comptes      seront ouverts à la consultation des Frères sous le contrôle d'un Comité d'Ethique qu'il conviendra de constituer".

 

Cela signifie-t-il que vous refusez le libre accès des comptes aux membres de l'Association ?

 

S'agissant du second point: vous ne l'abordez pas !

 

Nous vous savons personnellement attaché au plus haut point à la reconnaissance séculaire de la GLNF par la Grande Loge Unie d'Angleterre.

 

Nous savons que votre opposition à François Stifani fut particulièrement déterminée le jour ou ce dernier à cru devoir, sans consulter quiconque, écrire à la Grande Loge Unie d'Angleterre:  

 

.../...  il nous semble préférable de suspendre temporairement nos relations avec la Grande Loge Unie d’Angleterre, à laquelle nous restons bien entendu très attachés. .../... (14 juillet 2011)

 

Il semble aux yeux de tous, et en tout cas de la majorité des Frères, qu'une telle ignomie (entre autres turpitudes) ne puisse en aucun cas être pardonnée car elle porte atteinte aux fondements même de l'Obédience désormais mise au banc des Nations.

 

Si un tel acte n'était susceptible d'aucune  sanction vous feriez grave offense à la Justice sans laquelle aucune reconstruction ne sera envisageable.

 

Notre modeste mouvement (Ni scission Ni soumission) vous a personnellement  représenté par son Avocat devant la Cour d'Appel en Mars dernier car il voyait en votre personne (comme, à l'époque, en celle de Jean Murat) un possible sauveur de notre Institution.

 

Nous sommes donc, plus que d'autres, fondés à vous poser respectueusement les deux questions suivantes :

 

PERMIERE QUESTION :

Si vous êtes ratifié en votre dignité de Grand Maître par la prochaine Assemblée Générale, vous engagez vous à mettre librement à la disposition des Frères le Grand Livre des comptes des 3 derniers exercices ?

 

SECONDE QUESTION :

Si vous êtes ratifié en votre dignité de Grand Maître par la prochaine Assemblée Générale, vous engagez vous à traduire votre prédécesseur devant le Conseil de Discipline ?

 

Nous nous permettons de vous le dire avec la plus grande solennité :

 

Votre ratification en Assemblée dépend directement de vos réponses ou de votre éventuel silence.

 

Nous vous prions de croire, Très Respectable Frère, en l'expression de nos sentiments fraternels et dévoués.

 

Raphaël Aurillac pour le collectif NiNi.

 

Commenter cet article