Mise au point et main tendue (à l’ULRF)

Publié le par boaz-jakin

rats

 

Mise au point :

 

L’épisode des rats

 

Notre requête a été publiée le 24 octobre par le myosotis Grande Couronne.

 

Dès le 25 sous l’intitulé « un peu de droit ne saurait nuire » le Myosotis Ligérien traitait notre requête par le mépris la jugeant naïve et enfantine.

 

Ensuite de notre réponse par laquelle nous nous étonnions de voir l’ULRF plus déterminée à nous combattre que Monsieur Stifani, nous fûmes traités de « Rats » par Monsieur Fau., membre du Conseil d’Administration de cette Association.

 

Voyant que ces outrances se retournent contre elle (l’audience du myosotis Grande Couronne explose ! les soutiens se multiplient et les requêtes s’accumulent : un millier aujourd’hui) l’ULRF exige du Frère Fau. qu’il rétracte ses propos ce que d’ailleurs il fait.

 

Sans désemparer l’ULRF fait fleurir sur les blogs des commentaires pseudo juridiques pour affirmer que notre initiative n’a nulle chance d’aboutir.

 

 

Sur la l’efficacité juridique de notre requête

 

Le commentaire ci-dessous (publié hier par Benoit dans le myosotis ligérien) résume la « position juridique » de l’ULRF par rapport à notre requête :

 

« Dans sa lettre ouverte d'hier, Socrate nous dit quelque chose d'absurde qu'il faut bien souligner, car on n'a pas le droit de mentir aux Frères comme il le fait Selon lui si 5 à 10% des membres de l'obédience demandent à Me Legrand de convoquer une AG (sans dire que dans son esprit c'est pour faire élire son candide candidat...) elle ne pourrait que "s'exécuter". Je ne sais pas quel est le soit disant avocat qui aurait pondu ça, mais c'est tout simplement inexact: les Statuts prévoient qu'il faut 50% des membres de droit (SGC + délégués des loges+ 1) pour obtenir la convocation d'une Ag ou d'une AGE »

 

MESSIEURS DE L’ULRF N’AVEZ-VOUS RIEN COMPRIS OU FAITES VOUS SEMBLANT DE NE RIEN COMPRENDRE ?

 

Notre requête n’a pas pour objectif de contraindre Me. Legrand à réunir une Assemblée. Cette Assemblée est déjà officiellement programmée pour le 7 janvier 2012 par l’Administratrice qui la réunira sous la forme Mixte (extraordinaire et ordinaire).

 

Dès lors la majorité de 50% que vous invoquez n’est nullement requise puisque le but ne consiste pas à demander la réunion d’une Assemblée déjà prévue.

Quel est le but recherché ?

 

Notre requête n’a qu’un seul objectif : demander à Me. Legrand d’ajouter un additif à l’ordre du jour de l’Assemblée quelle convoque.

 

Ni la Loi ni nos Statuts n’exigent une majorité pour demander qu’un additif soit porté à l’Ordre du jour d’une assemblée.

 

Quel est cet additif ?

Cet additif consiste dans la modification de l'Article 2-3 du règlement intérieur de la GLNF : 

Formulation actuelle:« Le candidat à la Grande Maîtrise est désigné par les membres de droit mentionnés à l’Article 1.2, nommés par le Grand Maître, et réunis en collège statuant par un scrutin a bulletins secrets.
Cette désignation est soumise à la ratification de l’Association lors de l’Assemblée Générale afférente. Le Grand Maître est élu pour une période de cinq (5) ans et ne pourra exercer plus de deux mandats consécutifs »

Nouvelle formulation: « S'il a qualité de Très Respectable Frère ou de Respectable Frère, le candidat à la Grande Maîtrise et à la Présidence de l'association est élu par l'assemblée générale à la majorité des membres qui la composent.
Le Président de l’association GLNF, également Grand- Maître de l’obédience, est élu pour une période de trois (3) ans et ne pourra exercer plus de deux mandats consécutifs
» 

Si cet additif est porté à l’ordre du jour il est absolument certain qu’il sera voté par le corps électoral de l’Assemblée composé à 85% par les Vénérables Maîtres et Premiers Surveillants.

Ensuite il ne reste plus qu’à élire un nouveau Président également Grand Maître et la crise de la GLNF est définitivement réglée.

 

Comment obtenir que l’additif soit porté à l’Ordre du jour de l’Assemblée ?

Certes, Me. Legrand ne peut de son propre chef modifier les statuts d’une association centenaire.

Mais si 5 à 10 % de l’obédience lui en fait la demande, elle ne pourra qu’y souscrire.

A défaut nous pourrons solliciter du Juge des référés, avant la réunion de l’Assemblée, qu’il autorise nos résolutions à figurer dans l’ordre du jour de celle-ci.

 

Par parenthèses, l’ULRF se complait en ce moment à accabler la Justice et son Administratrice.

Croyez vous que ce soit de bonne politique ?

Rappelez-vous que c’est vous que l’avez fait nommer.

Notre additif est aussi pour Me. Legrand (et pour la Justice) une solution de sortie de crise.

Pour obtenir de Maître Legrand, voire du Juge des référés, que nos résolutions soient inscrites à l’ordre du jour, encore nous faut-il qu'entre 2.000 et 4.000 membres de l’Association en forment la demande auprès de l’Administratrice.

Nous en avons à ce jour (30 octobre) recueilli un millier et il nous reste deux mois pour en obtenir quatre fois plus.

C’est pourquoi nous prions nos Frères, d’adresser par e-mail notre requête complétée à Maître Legrand ainsi qu’à nous-mêmes pour que nous la comptabilisions.

En quoi cette action extrêmement simple à mettre en œuvre, totalement compréhensible, juridiquement inattaquable peut elle être qualifiée «d’enfantine ou d’absurde » par les non juristes des blogs de l’ULRF ?

Quatre Avocats de notre collectif ont conçu et validé cette requête à la virgule près.

Doit-on croire davantage les non juristes de l’ULRF qui en confondant une demande d’assemblée avec une demande d’additif à l’ordre du jour, démontrent par eux même leur manque total de sérieux juridique.

 

Main tendue

Messieurs de l’ULRF, vous qui nous avez provoqué, méprisé et tenté de nous discréditer y compris par l’injure, vous protestez de votre bonne foi et affirmez (en contradiction avec vos statuts) que vous ne voulez pas de scission.

Admettons !

Alors, quel est votre plan ?

L’arrêt de la Cour à intervenir ne changera rien même si vous le gagnez !

Nous vous le répétons : Si l’arrêt confirme l’irrégularité de la précédente assemblée, que se passera-t-il ?

Une autre assemblée sera régulièrement convoquée pour statuer sur le même ordre du jour c'est-à-dire sur les comptes et le budget.

Comment ferons-nous au cours de cette assemblée pour désigner un nouveau Président de l’Association et un nouveau Grand Maître ?

 

La chose est tout simplement impossible si le règlement intérieur n’est pas réformé comme nous le proposons.

Si Monsieur Stifani ne réunit pas le Souverain Grand Comité, nous n’aurons toujours pas de Grand Maître ni de Président de l’Association puisqu’actuellement cet organe le désigne.

Si Monsieur Stifani décide de le réunir (en supposant qu’il en ait le pouvoir), c’est qu’il est persuadé qu’il sera lui-même désigné à nouveau comme Président de l’Association, sachant qu’il se considère toujours comme le Grand Maître.

Ainsi, même si l’arrêt de la Cour d’Appel nous est favorable, rien ne sera réglé.

Alors je le répète quel est votre plan ?

Nous vous écoutons…

 

Rien !  (ou alors la scission)

 

Puisque vous n’avez rien à proposer pourquoi ne pas appuyer notre requête et inviter les Frères à la tenter.

 

Si vos intentions sont pures : Sauver la GLNF, lui donner une bonne gouvernance lui faire recouvrer la reconnaissance internationale, pourquoi ne pas vous associer à notre démarche.

 

Qu’avez-vous à y perdre ?

 

Vous redoutez peut être que le prochain Grand Maître également Président ne soit pas votre chef ?

 

Et bien qu’il se présente !

 

Nous n’avons absolument rien contre lui si son programme est bon.

 

Nous autres de la base, nous nous en fichons bien de savoir qui de Pierre, Paul ou de Jacques deviendra notre « chef », du moment qu’après avoir proposé aux suffrages de l’assemblée sa profession de foi il est régulièrement élu par nos représentants (Vénérables Maîtres et Premiers Surveillants)

 

Alors voulez vous que nous collaborions ensemble au succès de cette opération ?

 

Si vous le voulez nous le ferons avec vous « sans restriction mentale d’aucune sorte »

 

Raphaël Aurillac

Commenter cet article