Ou en sommes nous ?

Publié le par boaz-jakin

roulette-jeux-hasard.jpg

 

Pour que la GLNF puisse survivre il lui faudra, en ce mois de Juin ou se joue son devenir, surmonter cinq épreuves :

 

1) Que par son Arrêt du 21 juin 2012 la Cour d'Appel de Paris (devant laquelle notre Avocat a plaidé aux cotés de celui de l'Administratrice)  invalide l'élection du candidat à la Grande Maîtrise lors du Souverain Grand Comité du 30 mars faute pour lui d'avoir obtenu plus de 50% des voix;

 

2) Que par son Jugement du 19 juin 2012 le Tribunal de Grande Instance de Paris confirme Me Legrand en sa mission et ne conteste pas son droit de convoquer l'Assemblée Générale pour ratifier le candidat à la Grande Maîtrise quel qu'il soit;

 

3) Que lors de la réunion du Souverain Grand Comité prévue le 23 juin à 12 heures (si l'Arrêt de la Cour  du 21 juin l'autorise) Jean Murat et Jean-Pierre Servel s'entendent pour que l'un d'eux obtienne plus de 50% des voix pour être désigné comme nouveau candidat à la Grande Maîtrise;

 

4) Que lors de l'Assemblée Générale convoquée pour le 23 juin 2012 à 13h30, puisse être mise aux voix (si le Jugement du Tribunal du 19 juin l'autorise):

- la ratification du nouveau candidat à la Grande Maîtrise (si le Souverain Grand Comité peut se réunir une heure avant),

- ou la non ratification du candidat actuel ("le Personnage")

 

5) Que le nombre des délégués de Loges convoqués à l'Assemblée Générale du 23 juin soit suffisamment représentatif pour que le scrutin soit sincère (au moins 1000 loges sur 1600)

 

Croire à cette conjonction d'événements favorables (dont l'union de "l'opposition interne" n'est pas le plus probable) ressortit à ce qu'on nomme la Foi ou d'autres le hasard. Mais nous pouvons bien attendre encore 15 jours pour mettre la Foi ou le hasard à l'épreuve des faits.

 

Passé le 23 juin nous saurons si nous resterons  chez nous ou serons  confrontés au choix entre la valise (vers une autre Obédience) et le cercueil (d'une GLNF Stifanienne atrophiée et universellement  méprisée).

 

Bien fraternellement à vous tous.

 

R.A.

Commenter cet article