Portrait des 168

Publié le par boaz-jakin

 

 

idiot.jpg

 

 

 

Mais qui sont ces 168 membres du Souverain Grand Comité ?

Ces 0,42% de membres de la GLNF qui n’ont pas hésité à provoquer la chute d’une Maison séculaire qu’ils nous ont confisqué ?

Ce groupuscule ultra-minoritaire qui a de nouveau désigné celui qui a placé la GLNF au banc des Nations ?

 

De notre point de vue, il en est de trois sortes : les imbéciles, les corrompus et les intégristes.

 

LES IMBECILES

Il nous a été donné de participer par hasard, avant l’élection du 30 mars, à un déjeuner où se trouvait l’un d’eux. Un brave niçois très sympathique et très jeune maçon (cinq ans d’ancienneté).   

 

Le « Personnage » l’avait nommé six mois auparavant au Souverain Grand Comité et le pauvre garçon trouvait cela tout à fait naturel.

Son inculture maçonnique, tant sur l’histoire de l’Institution que sur la signification des Rites était absolument édifiante, abyssale et tragique !

 

De même concevait-il une légère, mais supportable, condescendance à l’égard de ses frères de moindre degré car il ne doutait pas que s’il en était là de sa carrière maçonnique, c’est que les autres devaient nécessairement en savoir encore moins que lui, ce que, par modestie, il considérait - à juste titre - comme inconcevable.

Rien ne l’indisposait dans l’attitude du Chef qu'il trouvait sympathique.

 

Sa lettre du 14 juillet 2011 pour suspendre nos relations avec la GLUA ? Mais il n’y a rien de mal à nous séparer des anglais !

La rupture dans la chaîne d’Union Universelle ? Moi j’suis bien dans ma Loge et ça m’suffit !

Las ! Tout effort pédagogique fût absolument vain. Nous écourtâmes le déjeuner en craignant le pire pour l’élection prochaine.

Les imbéciles sont la preuve de la faillite de la GLNF dans la formation et le choix de ses membres.

 

LES CORROMPUS

Ceux-là, nous les connaissons bien.  Depuis deux ans nous dénonçons leur perversion. 

 

Complexés de la vie et assoiffés d’honneurs, infatués d’eux même, serviles et obséquieux avec le Chef, méprisants avec la valetaille des frères ordinaires, ces "mannequins-des-studios-Harcourt" ont tout accepté, tout digéré :

-       l’appartement de fonction quand les difficultés économiques font souffrir tous les frères ;

-       l’assujettissement au pouvoir politique quand la neutralité s’impose comme un devoir ;

-       la profanation médiatique des Temples, alors que la discrétion s’impose à nous (ils assument et persistent : http://sagesse357.com/2012/04/09/intermede-les-donneurs-de-lecons/).

Les corrompus sont la preuve de la faillite morale de la GLNF.

 

LES INTEGRISTES 

Ceux là nous les connaissons moins. Ce sont les plus dangereux.  

Intelligents, ils n’ignorent rien de l’anormalité du « Personnage », de ses dérèglements psychologiques avérés, de sa folie paranoïaque, de son hybris suicidaire qui le porte, comme tout dictateur, à sacrifier le groupe à sa survie.

Ceux-là ont trouvé dans le Chef le protecteur de leurs idées.

Qu’elles sont-elles ?

Que la GLNF est un Ordre et non une Obédience.

Que le « Temple » vaut mieux que « les Lumières ».

Ceux-là veulent qu’à la première question de la cérémonie d’initiation, « Croyez vous en Dieu », soit substituée la phrase « Etes-vous Chrétien ».

Ceux-là veulent voir disparaitre de nos Temples musulmans, bouddhistes, juifs, taoïstes, zoroastriens ou autres déistes.

Ceux-là nient les devoirs des Constitutions d’Anderson*.

Ils incarnent le dévoiement de la Franc-maçonnerie et le glissement de la GLNF vers le sectarisme.

Les intégristes sont la preuve de la faillite spirituelle de la GLNF.

 

(*) Rappel de l’Article 1 des Constitutions d’Anderson :

« ...Bien que dans les Temps Anciens les Maçons fussent obligés dans chaque pays d'appartenir à la Religion de ce Pays ou de cette Nation, quelle qu'elle fût, il est maintenant considéré comme plus opportun de seulement les soumettre à cette Religion que tous les hommes acceptent, laissant à chacun son opinion particulière, qui consiste à être des Hommes Bons et Honnêtes ou Hommes d'Honneur et de Sincérité, quelles que soient les Dénominations ou Croyances qui puissent les distinguer ; ainsi, la Maçonnerie devient le Centre d'Union et le Moyen de concilier une véritable Amitié parmi des Personnes qui auraient dû rester perpétuellement Éloignées. » 

Commenter cet article