THE END

Publié le par boaz-jakin

  

 

fin.jpg

 

La GLNF a perdu son bien le plus précieux: la Confiance.

 

Celle que se doivent les Frères qui la composent;

 

Celle de nos Frères étrangers.

 

La Grande Loge Unie d'Angleterre retire sa  reconnaissance séculaire. (Quarterly Communication of Grand Lodge 12-09-12)

 

Le Monde maçonnique dans son entier nous répudie.

 

Nous sommes de ce fait confinés dans notre Landerneau hexagonal; personæ non gratæ dans tous les Temples de la planète.

 

François Stifani est l'auteur de ce désastre qu'il a délibérément provoqué (sa lettre du 14 juillet 2011 à la GLUA) et son nom, synonyme de parjure, entre pour jamais dans l'Histoire comme symbole de traîtrise à la mémoire de nos Pères Fondateurs.

 

Désormais la GLNF est une Obédience sans spécificité.

 

Ayant perdu la reconnaissance elle se trouve être maintenant la moins bien placée pour la recouvrer, car la confiance qui "se gagne en gouttes et se perd en litres"*, ne reviendra jamais.

 

Pire, c'est une Obédience décadente qui aura perdu dans l'année la moitié de ses effectifs.

 

Plus rien ne nous retient dans cette maison privée de joie et d'amour, plongée dans le trouble et la suspicion et dont l'universelle chaîne d'union est rompue.

 

Nous ne pouvons plus associer notre nom à celui d'une institution perçue -bien sûr à tort- par le monde profane, judiciaire et maçonnique, comme un repaire d'affairistes aculturés.

 

Son nouveau Grand Maître, si estimable soit-il, est arrivé trop tard pour opérer son redressement.

 

Il nous reste à la quitter pour la laisser mourir.

 

PARTONS TOUS SANS PLUS ATTENDRE !

 

R.A.

 

*JP Sartre

 

 

 

 

Commenter cet article

Erik 13/10/2012 06:37

Êtes vous bien sûr que Serval veuille republier son article du mois de mars ? Il dit le contraire sur son blog !

brutus 16/09/2012 15:27

@Chausson Le commentaire ci-dessus de RA ne constitue en aucune maniére une désinformation. Il dit bien que la GLNF conserve ses chances si elle existe encore dans 3 ans (au rythme des départs on
peut en douter d'autant que Stifani et sa clique ne seront pas chassés) Il est dit également que la GLAMF doit immédiatement modifier ses statuts pour prétendre elle aussi dans 3 ans à la
reconnaissance. Alors le mot désinformation est de trop.

Chausson 16/09/2012 01:14

Mes Frères il faut arrêter de dire n'importe quoi ou de désinformer les autres FF. Je ne doute pas de votre bonne foi, mais malheureusement vous désinformez.
La GLAMF n'a AUCUNE chance d'être un jour reconnue par la GLUA. Chacun sait que ses statuts (notamment les maisons des Rites)font que cette obédience est irrégulière de facto.
La GLF, par ses autorisations d'intervisites, est irrégulière de fait
Donc aucune de ces deux GL ne pourra prétendre, ni ce jour ni dans 20 ans, à la moindre reconnaissance de la GLUA.
Ce n'est pas une prise de position, mais juste un fait.

Soyons clairs.

Jean-Philippe Bernard 13/09/2012 14:26

Merci mon Frère Raphaël pour ce texte à la fois lucide, précis et réaliste. Je crains quant à moi que JP Servel ne soit pas du tout dans les dispositions que tu espères et qu'il n'ait surtout pas
envie d'ouvrir la boîte de Pnadore des comptes.

Mais je souhaite sincèrement que cela arrive et que le remembrement GLNF-GLAMF se fasse.

Raphaël Aurillac 13/09/2012 06:25

La déclaration de la Grande Loge Unie d’Angleterre faisant suite à l'annonce du retrait de la reconnaissance (publiée par le site :
http://le-myosotis-dauphine-savoie.over-blog.com/article-la-declaration-de-retrait-de-la-grande-loge-unie-d-angleterre-110032550.html) donne sa chance à la GLNF comme à la GLAMF de la reconquérir
dans des délais très longs (vraisemblablement trois ans voire davantage) sans que (pendant cette période transitoire) une puissance maçonnique étrangère n'ait le droit de créer sur le territoire
français (qui n'est pas déclaré "ouvert") des districts alternatifs.

Par ailleurs, les Frères membres de la GLNF et de la GLUA sont priés de démissionner de la première s'ils veulent demeurer au sein de la seconde.

Autrement dit la reconnaissance demeure accessible à toute Obédience régulière (GLAMF ou GLNF) qui démontrera dans l'avenir le sérieux et la sérénité de ses travaux, l'importance de ses effectifs
et sa pérennité.

La GLAMF devra démontrer l'importance de ses effectifs, son autonomie par rapport aux Suprêmes Conseils des Rites, sa stabilité financière et disposer d'un toît (digne de ce nom) pour accueillir
son Siège.

La GLNF devra conserver suffisamment de membres et son patrimoine immobilier, sortir de l'administration judiciaire, éviter la faillite et surtout restaurer la Concorde entre ses membres.

Pour l'une comme pour l'autre, le travail à accomplir sera considérable et le résultat demeurera hasardeux.

La GLAMF doit agir dans la durée avec discrétion constance et persévérance; mais elle doit immédiatement clarifier ses statuts.

La GLNF doit agir dans l'urgence et affronter des épreuves très difficiles à surmonter :
-ratifier son nouveau Grand Maître;
-mettre fin à l'administration judiciaire;
-limiter le niveau des cotisations -exhorbitantes- qu'elle exige de ses membres tout en évitant de se retrouver en état de cessation des paiements;
-stopper l'hémorragie des frères qui démissionnent (150 par jour en ce moment);

Cette dernière obligation (conserver ses effectifs) ne sera possible qu'en restaurant la confiance perdue entre la direction de l'Obédience et ses membres.

Cette restauration de la confiance oblige à :
-la publication des grands livres des comptes des 3 derniers exercices et la saisine des juridictions correctionnelles en cas de découverte d'abus de biens sociaux significatifs;
-la mise à l'écart (au placart) des collaborateurs ou des sympathisans de l'ancienne gouvernance dévoyée;
-la radiation disciplinaire (dans le cadre d'une politique de "Justice et de Réconciliation" de type Afrique du Sud, Argentine etc... en sortie de dictature ) des ancien Chefs de l'Ordre (Grand
Maître, GMP, Grands Officiers nationaux) ayant exclu leurs Frères.

Si Jean Pierre Servel, qui en a la stature, à également le courage de conduire -toutes- ces actions, il pourra non seulement assurer la survie de son Obédience mais créer, avec Alain Juillet, les
conditions d'un remembrement (fusion sous une nouvelle identité) entre la GLNF et la GLAMF qui serait un puissant facteur d'accélération pour un retour de la reconnaissance internationale.

S'il n'a pas ce courage il précipitera la GLNF dans le néant.

Il lui faut immédiatement exprimer son courage en présentant un programme concret, complet, lisible, précis et convainquant.

Tout atermoiement serait létal.

Toute demi-mesure le serait plus encore.

Pour tout dire, si nous croyons volontiers en l'intégrité de l'homme (Jean-Pierre Servel) nous ne croyons absolument pas au système (de la GLNF) et nous doutons de sa liberté d'action réformatrice
en supposant qu'il la veuille conduire.

Pour les raisons qui précèdent (mais sans jamais insulter l'avenir) il nous semble évident que le départ vers la GLAMF est, à ce moment de notre Histoire, la seule démarche possible pour un maçon
régulier soucieux de travailler sereinement dans les prochaines années (sans se ruiner en cotisations excessives) en espérant raisonnablement obtenir au fil du temps les reconnaissances
internationales nécessaires et pour finir celle de la GLUA.


Raphël Aurillac (membre du NiNi)